DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 01

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 02

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 03

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 04

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 05

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 06

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 07

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 08

DÉBUNKAGE DE LIBÉRATION - EPISODE 09

Photo ©Ingrid Hoffman

Pourquoi ressortir Hold-Up alors qu’il a été déjà vu par plusieurs millions de personnes ?

Je ne ressors pas Hold Up. Je le sors. Le film est sorti le 11 novembre 2020 et a été censuré le 12 novembre. J’essaie juste de le sortir normalement et le mettre sur un site sécurisé afin que tout le monde puisse avoir la possibilité de le voir dans sa version définitive. Le film, qui a été vu sans doute des millions de fois sur les réseaux sociaux, était une copie de travail non définitive envoyée le 6 novembre à tous les participants du film et aux 5000 souscripteurs d’une campagne de crownfunding. Ai-je le droit de vouloir juste finaliser ce film, 3 mois après l’hystérie médiatique qui a suivi sa sortie le 11 novembre et sa censure inexplicable le 12 novembre ? Nous en avons profité pour l’actualiser avec des nouvelles infos inédites qui espérons feront bouger les lignes.

Deux des participants du film ont demandé à être retirés du film ? Les avez-vous retirés ?

Oui. J’ai toujours eu un profond respect des personnes. Ces dernières, et je peux les comprendre, n’ont sans doute pas pu supporter le lynchage dont a été victime ce film. Contrairement aux 36 autres participants du film dont 2 prix Nobel et 7 professeurs sans compter tous les médecins et personnels soignants.
Dans le milieu de la télé, je suis sans doute un des rares réalisateurs et producteurs à avoir envoyé son film avant diffusion à tous les participants pour avoir leur validation. C’était le deal. Je l’ai respecté.

Qu’est ce vous cherchez en remettant ce film à l’affiche ?

Rien. Ce film a été juste un pas de côté pour tenter de pallier l’absence d’informations sur cette crise historique et planétaire. J’ai essayé d’y répondre avec un maximum d’objectivité. Les trois-quarts des informations, je les ai découvertes en réalisant ce film.

Par exemple ?

Comme par exemple l’existence d’un Great Reset du forum économique de Davos ou le militantisme effréné de Jacques Attali pour la réalisation d’un gouvernement mondial ou encore dernièrement avec les ciseaux Krispr qui entendent nous bricoler l’homme du XXIe Passionnant et intriguant.

Une suite à Hold up ?

OUI ! Affaire à suivre…

On vous a accusé de manipuler les propos du Dr Alexandre en les sortant de leur contexte pour faire pleurer la sage-femme ?

Demandez à la sage-femme si, après coup, elle s’est sentie manipulée. Quant à moi, pour faire ce film, j’ai visionné quelques heures de conférences du Dr Alexandre avant de mettre ses propos. Le mépris qui s’en dégage ne vient pas de moi. Et je vous invite vraiment à visionner ses conférences, notamment celle citée dans le film. Le transhumanisme de monsieur Doctissimo est connu des hautes sphères. Pour moi, cela a été aussi une découverte. Passionnant également.

Votre point de vue de réalisateur de documentaire long métrage ?

Je souhaitais 1/ réhabiliter le virus dans ce qu’il est et non dans ce qu’il est devenu par les manipulations de l’homme. On devrait exiger un moratoire sur les laboratoires P4.

Et 2/ je voulais questionner mes spectateurs sur la dématérialisation de nos sociétés et la disparition de la monnaie liquide à travers ce film, qui arrivent à grand pas…

Interview de Pierre Barnérias, réalisateur de Hold-Up + la version
augmentée et actualisée du film Hold-Up.

Propos recueillis par Hippolyte Duchatelet